Management

Les DAF de PME, presque des DSI

Les DAF de PME, presque des DSI
La moitié des 85 DAF de PME et ETI interrogés par la DFCG déclarent tenir aussi le rôle de DSI.

Selon l'observatoire ETI-PME 2022 commandée par la DFCG, la moitié des DAF occupent également le poste de DSI. Acteurs de la transformation digitale de leur entreprise, ils regrettent cependant le manque de compétences et d'implication des équipes internes dans les projets.

PublicitéEn 2022, 50% des 85 DAF interrogés pour l'observatoire ETI-PME 2022 du cabinet d'audit RSM pour la DFCG (Association nationale des directeurs financiers et de contrôle de gestion) déclarent également tenir le rôle de DSI au sein de leur entreprise. 39% d'entre eux externalisent une partie de fonctions tels la comptabilité, la paye et le reporting. Dans le même temps, 70% déclarent être de plus en plus présents lors de la définition de la stratégie et du business model de leur société aux côtés de la direction générale.

Déjà réalisée en 2021, l'enquête classe les DAF en 3 catégories : architectes, producteurs et scientists. Cette année, 60% du panel sont décrits comme des DAF architectes contre 45% il y a un an. Acteurs de la transformation numérique, ils ne perçoivent encore ni les résultats ni les bénéfices des chantiers débutés. Les DAF producteurs, focalisés sur la production des données comptables et financières représentent 31% des répondants, 16 points de moins qu'il y a douze mois. Une mutation des DAF producteurs vers les DAF architectes s'est donc opérée. Enfin, les 9% restants sont qualifiés de DAF scientists, ayant achevé leur digitalisation. Leur rôle dans les prises de décisions, aux côtés des directions générales, s'en voit renforcé.

La difficile implication des équipes dans les projets

Selon l'étude, 24% des DAF sont activement impliqués dans des projets digitaux liés à leur service, soit 6 points de plus qu'en 2021 (18%). Cependant, seuls 16% des sondés ont répondu mener une réflexion en amont sur ces projets alors qu'ils étaient 30% en 2021. Ainsi, si la transformation numérique est en marche, seuls 33% des DAF interrogés affirment ne pas avoir de plan de digitalisation. La démarche reste néanmoins freinée par une conduite du changement lente ainsi qu'un manque de compétences adaptées, de temps et d'implication des équipes. En cause, le télétravail et surtout les pratiques managériales non adaptées à celui-ci. En effet, 62% des DAF éprouvent de réelles difficultés à motiver les salariés à créer et mettre en place des projets de transformation digitale du fait du mode de travail hybride.

En 2022, les DAF semblent plus motivés que jamais à digitaliser leur fonction. Alors qu'en 2021 ils n'étaient que 20% à avoir fait de la digitalisation leur priorité suite au plan de relance, ils sont cette année 40% à affirmer que, dans le cadre de nouvelles aides gouvernementales, elle sera au centre de leurs réflexions. De plus, 25% des DAF considèrent que cette digitalisation est essentielle pour recruter et surtout attirer de nouveaux collaborateurs.

Partager cet article

Commentaire

Avatar
Envoyer
Ecrire un commentaire...

INFORMATION

Vous devez être connecté à votre compte CIO pour poster un commentaire.

Cliquez ici pour vous connecter
Pas encore inscrit ? s'inscrire

    Publicité

    Abonnez-vous à la newsletter CIO

    Recevez notre newsletter tous les lundis et jeudis

    La question du moment
    Sur certains cas d’usage, utilisez-vous des bases orientées colonnes ?