Projets

Comment l'Etat a communiqué sur les aides accordées aux entreprises

Comment l'Etat a communiqué sur les aides accordées aux entreprises
Romain Talès, chef de la Mission Data au sein du programme Tech.Gouv d’accélération de la transformation numérique du service public, a dû veiller à communiquer des chiffres sans violer le secret fiscal ou celui des affaires.

Face à la crise sanitaire du Covid-19, l'État a mis en place diverses aides dont il fallait présenter l'ampleur et les caractéristiques en détail... mais pas trop.

PublicitéFonds de solidarité, reports de paiements de charges, prêts garantis par l'État... les mesures pour soutenir les entreprises face à la crise sanitaire du Covid-19 ont été importantes. Dans un soucis de transparence démocratique, il s'agissait, pour l'État, de rendre compte des montants engagés pour ces différentes mesures et d'expliquer leur attribution. Cependant, une telle transparence ne devait pas attenter au secret fiscal ou au secret des affaires, par exemple en révélant le bénéfice d'une entreprise. La communication devait donc se faire avec un niveau d'agrégation suffisant pour éviter que l'on puisse, par recoupement, estimer les aides perçues par telle ou telle. La DINUM (Direction Interministérielle du Numérique) a donc réalisé un tableau de bord interactif pour suivre les aides aux entreprises. Cet outil de communication et de transparence démocratique a été réalisé en une quinzaine de jours.

« Le tableau de bord permet de visualiser les différentes aides attribuées aux entreprises, leurs montants, ainsi que leur répartition par secteurs d'activités, par département et par région, sous la forme de chiffres clés, de graphiques et d'une carte de France interactive » explique Romain Talès, chef de la Mission Data au sein du programme Tech.Gouv d'accélération de la transformation numérique du service public. La mise à jour des données est sur une base hebdomadaire en mode batch et réalisée de manière quotidienne pour le fonds de solidarité.

Plusieurs sources de données à associer

Les données sur les aides sont fournies par la DGFiP avec comme identifiant d'entreprise le SIREN. A partir de ce code, l'outil va actuellement chercher les données sur l'entreprise (secteur d'activité, etc.) dans la base SIREN hébergée en mode open-data sur data.gouv.fr. Romain Talès précise : « certaines entreprises se sont opposées à la diffusion de leurs données en open-data et, dans ce cas, quand nous avons un SIREN absent du fichier de data.gouv.fr, nous utilisons l'API Entreprise développée par la DINUM. Nous sommes d'ailleurs en train de migrer vers l'API proposée par l'INSEE pour l'ensemble des requêtes. » Les données d'effectifs sont, elles, issues de la DSN telles que collectées par l'ACOSS. « Nos données se restreignent donc aux entreprises affiliées au régime général de la sécurité sociale » reconnaît Romain Talès.

Techniquement, des scripts en Python permettent de gérer les intégrations dans une base de données PostGreSQL. Celle-ci contient toutes les données qui vont ensuite être publiées graphiquement, avec l'agrégation nécessaire pour équilibrer la transparence et le respect du secret fiscal. Toute la partie data visualisation est, elle, en javascript. Elle utilise le framework Nuxt.js, un framework open-source à base de Vue.js et de Node.js.

Publicité

Partager cet article

Commentaire

Avatar
Envoyer
Ecrire un commentaire...

INFORMATION

Vous devez être connecté à votre compte CIO pour poster un commentaire.

Cliquez ici pour vous connecter
Pas encore inscrit ? s'inscrire

    Publicité

    Abonnez-vous à la newsletter CIO

    Recevez notre newsletter tous les lundis et jeudis

    La question du moment
    Participez-vous à des clubs d’utilisateurs ?