Stratégie

Transformation numérique : les entreprises majoritairement superficielles

Transformation numérique : les entreprises majoritairement superficielles
La transformation numérique est trop souvent cosmétique.

Selon une étude Feedback Business Consulting / Infosys, les pratiques réelles des entreprises en matière de transformation numérique sont médiocres.

PublicitéLa plupart des entreprises ont certes compris qu'il fallait annoncer une transformation numérique mais, pour elles, il s'agit surtout d'un habillage cosmétique. Inclure des technologies émergentes comme l'intelligence artificielle ou l'impression 3D dans des projets avant-gardistes expérimentaux fait joli. Mais, en fait, très peu d'entreprises réalisent une réelle transformation numérique touchant aux processeurs clés, y compris la modernisation du PGI. C'est ce que conclut une étude réalisée par Feedback Business Consulting sur la commande de la SSII indienne Infosys.

Cette étude mondiale distingue trois profils d'entreprises. Les plus nombreuses sont les « explorateurs » (50 % des entreprises) qui s'engagent dans des programmes numériques pour améliorer l'expérience client. Les « observateurs » (28%) se contentent de rechercher une efficacité immédiate à des petits projets. Enfin, les moins nombreuses sont les « visionnaires » (22%) qui ont en vue la transformation de leur modèle économique et de leurs processus. Pour Infosys, seule une transformation en profondeur comme l'envisagent les visionnaires permet d'engendrer de réels bénéfices. L'impact des nouvelles tendances technologiques intéresse 86 % des visionnaires contre 63 % des explorateurs et 50 % des observateurs. L'évolution des écosystèmes techniques est un sujet pour 63 % des visionnaires contre 39 % des explorateurs et 31 % des observateurs. 76 % des visionnaires ont racheté des entreprises nativement digitales pour les aider dans leur propre évolution.

Le principal frein annoncé à la transformation numérique reste le manque de compétences (54 % des répondants). Mais les répondants sont conscients qu'il y a d'autres freins. Par exemple, sur le plan culturel, passer à une organisation qui ose expérimenter est une difficulté sur le chemin de la transformation numérique pour 40 % des répondants. Et le manque de conduite du changement est cité par 43 %.

Partager cet article

Commentaire

Avatar
Envoyer
Ecrire un commentaire...

INFORMATION

Vous devez être connecté à votre compte CIO pour poster un commentaire.

Cliquez ici pour vous connecter
Pas encore inscrit ? s'inscrire

    Publicité

    Abonnez-vous à la newsletter CIO

    Recevez notre newsletter tous les lundis et jeudis

    UTILISATION DES COOKIES

    En poursuivant votre navigation sur ce site,
    vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.

    Pour en savoir plus, consultez notre politique relative à la vie privée.

    La question du moment
    Le coût associé à un niveau de service est-il systématiquement communiqué au décideur métier qui commande un service ?