Technologies

Le haut débit progresse, le très haut débit pointe son nez

L'accès aux services à haut débit continue de progresser en France, et le nombre d'abonnés au très haut débit augmente de manière soutenue en Europe. Deux constatations établies par l'Idate, centre d'études et de conseil spécialisé dans les secteurs des télécoms, de l'Internet et des médias. Dans le domaine des services à haut débit, la situation française se distingue par l'ampleur des initiatives des acteurs locaux publics. Au cours de cinq dernières années, une soixantaine de délégations de service public ont été mises sur pied, représentant un investissement potentiel de 1,9 milliard d'euros. La Caisse des Dépôts évalue à 3,8 millions le nombre de lignes téléphoniques qui seront dégroupées à la fin de l'année prochaine grâce à ces réseaux et qui, selon l'Idate, ne l'auraient probablement pas été sans ces initiatives publiques. Les collectivités locales cherchent à la fois à résorber les zones blanches, de plus en plus souvent par la mise en place d'une infrastructure de réseau sans fil de type WiMax, et à déployer un réseau en fibre optique desservant en particulier les centraux de France Télécom afin d'accélérer l'accès à des offres concurrentes. Dans le domaine du très haut débit, les collectivités locales cherchent d'abord à raccorder les principaux établissements publics ainsi que les zones d'activité. D'autre part, l'Idate a profité du séminaire sur le thème du « Très haut débit » qu'elle organisait le 27 mars au Sénat pour faire le point sur la situation du déploiement de la fibre optique jusque chez l'abonné (appelé « FTTH », pour fiber to the home) en Europe. A la mi-2006, l'Idate a identifié 139 projets en Europe (précisemment les vingt-cinq pays de l'Union plus la Norvège, l'Islande et la Suisse), dont les deux tiers sont le fait d'initiatives de municipalités ou de compagnies d'énergie et dont vingt correspondent à de nouvelles initiatives. A la mi-2006, on comptait 820 000 abonnés à un accès à très haut débit (en progression de 32% en un an) et près de 2,74 millions de foyers et de bâtiments raccordables. La quasi-totalité (96%) des abonnés reste concentrée dans cinq pays seulement : la Suède, l'Italie, le Danemark, les Pays-Bas et la Norvège. Mais la situation va évoluer, en particulier au niveau de la France, où France Telecom, Illiad-Free et neuf cegetel ont décidé d'investir massivement dans la création de leur propre réseau de fibre optique. L'Idate considère malgré tout que le développement du très haut débit ne sera sensible que dans les années 2010 à 2012, pour représenter environ un quart des accès à haut débit en 2015.

Partager cet article

Commentaire

Avatar
Envoyer
Ecrire un commentaire...

INFORMATION

Vous devez être connecté à votre compte CIO pour poster un commentaire.

Cliquez ici pour vous connecter
Pas encore inscrit ? s'inscrire

    Abonnez-vous à la newsletter CIO

    Recevez notre newsletter tous les lundis et jeudis

    UTILISATION DES COOKIES

    En poursuivant votre navigation sur ce site,
    vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.

    Pour en savoir plus, consultez notre politique relative à la vie privée.

    La question du moment
    Avez-vous la certitude de connaître tous les traitements de données personnelles dans votre entreprise ?