La parole aux métiers

BNP Paribas et Coface adoptent un BPM normalisé

BNP Paribas et Coface adoptent un BPM normalisé

La gestion des processus métiers est essentielle aux entreprises. BNP Paribas et Coface tendent à adopter la norme BPMN. Leurs représentants s'exprimaient au cours d'une conférence organisée par la société de conseil Softeam.

Lors d'une conférence organisée le 4 mai par la société de conseil Softeam, BNP Paribas et Coface ont fait part de leur expérience en matière de gestion des processus métiers (BPM ou Business Process Management). Les entreprises modélisent ainsi de manière informatisée leurs processus métiers afin d'améliorer la satisfaction de leurs clients, de développer une meilleure capacité d'adaptation et de réduire les coûts.

De l'UML au BPMN

Pierre-André Carcault, représentant de la compagnie d'assurances Coface, s'est attaqué il y a neuf ans, à la refonte du système d'information du groupe. Couvrant quatre domaines que sont l'assurance-crédit, l'information, le recouvrement et l'affacturage, la Coface est aujourd'hui très automatisée.

Lorsque le projet a été initié, la norme BPMN (Business Process Modeling Notation) n'existait pas. Afin de gérer ses processus métiers, le groupe avait donc opté pour la notation de type UML (Unified Modeling Language), qui est un outil d'analyse permettant de cartographier les processus sous forme de diagrammes. La gestion des processus était abordée de manière organisationnelle et orientée vers la technique, contrairement au BPM, orienté vers la dimension métier.

Cette méthode atteint là sa limite car pour Pierre-André Cartault, « il est difficile de communiquer sur des processus trop techniques ». Il ajoute qu'il « est difficile de déployer une nouvelle version d'un processus qui prenne en compte les nouveautés et les changements organisationnels ». La méthodologie du groupe a changé. Désormais l'automatisation des processus sera centrée sur les cas où les interventions humaines prédominent. «Nous sommes dans l'optique de mettre les processus dans les exécutions, quand il peut y avoir une interruption, quand il y a l'homme derrière. »

BNP Paribas privilégie la norme BPMN

Pour sa part, Lionel Loiseau, Responsable du Centre de Compétences BPM à BNP Paribas, revient sur son expérience de la gestion des processus métier. Au quotidien, il répond au besoin d'accompagnement des différents métiers du groupe. BNP Paribas est présent dans quatre vingt quatre pays à travers quatre divisions (banque de détail, Investment Solutions, banque de financement et d'investissement, et les multiples fonctions des différents sièges).

Pour l'heure, le groupe bancaire n'applique pas l'analyse de type BPM à tous les niveau de l'étude des processus. Il n'y a recours que pour l'exécution. « Par niveau il y a des normes. Pour les trois premiers, nous utilisons les outils Aris [plateforme de l'éditeur IDS Scheer, racheté par Software AG en 2009]. Pour la mécanisation, BNP Paribas utilise la norme BPMN car c'est un modèle organisé et à visée d'automatisation. » En effet, pour les étapes préalables que sont l'identification des métiers, des activités et de l'organisation, BNP Paribas s'en remet à la solution « Aris », depuis plusieurs années.

Comme pour la Coface, la norme BPMN n'existait pas lors de la mise en place initiale du projet d'étude des processus. Une migration progressive est en cours, la plateforme Aris mettant à disposition des outils permettant de migrer les modèles vers la norme BPMN.

SOA et BPM



SOA et BPM

En ouverture de la conférence, Gilbert Raymond, consultant SOA chez Softeam, a présenté la méthodologie type mise en place par les entreprises afin de gérer leurs processus métier. Un processus peut se définir comme une suite d'activités corrélées permettant d'expliquer comment l'entreprise fournit un produit ou un service à partir d'une demande émanant d'un client.

L'entreprise doit d'abord identifier ses processus métiers et les découper en un certain nombre d'activités. Dans cette étape, Gilbert Raymond recommande de ne pas être trop exhaustif et d'éviter une sur-décomposition car « l'objectif n'est pas de savoir comment le personnel travaille à son poste » mais plutôt de comprendre comment s'enchaînent les différentes activités de chacun. L'entreprise obtient ainsi une vision globale de son fonctionnement.

Une fois que les processus sont cartographiés, l'entreprise détermine quels sont les risques liés à l'automatisation, les contraintes auxquelles elle devra faire face et choisit le degré d'automatisation qui sera mis en place. Enfin, elle décide de modéliser les processus métiers. Mais cela nécessite un véritable savoir-faire. C'est la phase la plus coûteuse du BPM. Certaines entreprises décident de s'arrêter à l'identification, qui leur déjà donne une bonne vision de l'organisation et leur donne des bases pour l'optimiser. Dans ce cadre d'analyse, un standard été créé, le BPMN (Busines Process Management Notation), que Gilbert Raymond défini comme « un langage de description de processus métier ».

Partager cet article

Commentaire

Avatar
Envoyer
Ecrire un commentaire...

INFORMATION

Vous devez être connecté à votre compte CIO pour poster un commentaire.

Cliquez ici pour vous connecter
Pas encore inscrit ? s'inscrire

    Abonnez-vous à la newsletter CIO

    Recevez notre newsletter tous les lundis et jeudis

    UTILISATION DES COOKIES

    En poursuivant votre navigation sur ce site,
    vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.

    Pour en savoir plus, consultez notre politique relative à la vie privée.

    La question du moment
    Liez-vous niveau de service et coût/budget d’un service IT ?