Analyser les défis de l'entreprise,
pour accélérer sa transformation digitale

Transformation Numérique

Comment les DSI doivent-ils se préparer à la 4ème révolution industrielle ?

Comment les DSI doivent-ils se préparer à la 4ème révolution industrielle ?

L’innovation fait bouger les frontières, celles de l'industrie traditionnelle n’échappent pas à cette tendance. La circulation de l’information et l’impact des technologies de la communication vont s’imposer à travers un circuit qui relie la chaîne d'approvisionnement aux lignes de production. Ils vont fournir un niveau beaucoup plus élevé d'automatisation et de numérisation. Seront englobés dans cette évolution : les plans, les processus, les produits, les salariés, les partenaires, les clients et même les consommateurs à travers l'écosystème de l’industrie.

HPE estime que des usines intelligentes vont se créer à partir d’analyses en temps réel menées avec une vaste gamme de capteurs et du concept de réplique numérique (« Digital Twin »). Les facteurs de changement dans les usines seront les suivants : les chaînes de valeur complexes et dynamiques, les marchés émergents, la traçabilité, les attentes des clients, la convergence des technologies, les connaissances et les risques inhérents aux données.

Un exemple permet d’illustrer cette approche de HPE, celui de l'industrie automobile. Un secteur particulier où les développements des technologies numériques ont massivement élargi le nombre de partenaires des industriels. Ils ont pu, grâce à ces technologies nouvelles, se concentrer sur des services de bout en bout pour leurs clients, plutôt que de rester de simples fournisseurs de produits. L’impact du numérique et de l'internet des objets vont modifier la manière traditionnelle de fabriquer des véhicules. On pense évidemment aux voitures autonomes, déjà visibles sur le marché, qui vont jouer un rôle clé dans les villes intelligentes.

Transformer la concurrence

Le sujet est abordé par la Harvard Business Review, où Michael Porter et James Heppelmann ont expliqué «comment les produits connectés intelligents transforment la concurrence». Ils revisitent l'idée traditionnelle de chaîne de valeur, autrefois limitée à une entreprise, pour l’élargir aux frontières de l'industrie, frontières de plus en plus floues. Ils explorent également les avancées technologiques qui transforment les entreprises du secteur industriel. Les deux auteurs notent d’abord que le terme « Industrie 4.0 » figure dans Wikipedia et a été mentionné dans une note du gouvernement allemand publié en 2013. Angela Merkel l’a même évoqué lors du Forum économique mondial de Davos en Janvier 2015.

Hewlett Packard Enterprise appelle cette transformation  Manufacturing Connected, une nouvelle ère où se développeront les relations inter-entreprises, des chaînes de valeur et des réseaux nouveaux grâce à l'intégration horizontale. HPE met en œuvre cette intégration horizontale en travaillant avec l'Institut allemand Fraunhofer pour les techniques de production et d'automatisation (IPA) afin de créer un marché numérique sécurisé pour des solutions industrielles, avec la solution Virtual Fort Knox.

L’autre idée forte repose sur les logiciels industriels qui doivent être interopérables et reliés aux données de production en temps réel. Les industriels transforment aussi l'expérience clients par ces  logiciels industriels, avec l'approvisionnement rapide par le software-as-a-service et le pay-per-use.

Un Internet des objets industriel

C’est tout le cycle de vie des produits industriels qui est modifié par l’utilisation de produits intelligents. HPE travaille d’ailleurs avec des partenaires pour construire un Internet des objets spécifique à l’industrie avec l'acquisition en temps réel des données, le pré-traitement, la surveillance et la visualisation. Les dispositifs industriels sont intelligents et dotés de capacités  d'analyse des capteurs, en temps réel, intégrant des capacités de diagnostics pour prédire les défaillances des composants et des systèmes.

Les entreprises industrielles et les fabricants d'équipements industriels sont ainsi en mesure de surveiller, de contrôler et d'éviter la défaillance des équipements et de leurs composants. Et les nouvelles solutions permettent aux composants existants d’obtenir un degré beaucoup plus élevé de précision par rapport aux concurrents sur le marché d’aujourd'hui. Cette amélioration du niveau de précision conduira à d'énormes économies de coûts opérationnels.

Par exemple, dans une usine Carl Zeiss (spécialiste allemand de l’optique et de l’opto électronique), HPE effectue l'analyse des procédés de fabrication à partir des données de capteurs en temps réel et de SAP HANA. Ce qui permet d’améliorer des processus de transformation, de réduire les coûts et d’assurer que les engagements de temps de livraison sont respectés. HPE et Carl Zeiss améliorent ces processus de fabrication en se connectant à la solution industrie 4.0 en cloud qui fonctionne sur l'infrastructure HPE Converged usine. HPE relie les équipements d’une usine avec la sécurité spécifiques à l'industrie et une gamme de services interopérables pour l'industrie 4.0 dans un système de gestion des opérations unifiées.

Changer radicalement l'industrie

Engager de telles avancées impose une remise en perspective. « Il y a trois zones de changement significatif dans les technologies industrielles», note Jim Miller, fellow vice-président chez HPE. Tout d'abord, celles qui sont à l'origine des connexions pour échanger des données entre les industriels, les consommateurs, les conducteurs, les véhicules et l'infrastructure entière de transport. « Elles sont en train de changer radicalement l'industrie du point de vue de l’industriel comme de ceux des consommateurs ou des pouvoirs publics. »

Deuxième point, celui qui porte sur la vitesse de l'innovation. Les fabricants d'automobiles ont parfois du mal à suivre. Les technologies à utiliser étant issues d’une sphère de partenaires où dominent les technologies électroniques ou logicielles. L’essentiel va porter sur la bonne qualité, le bon composant et le suivi pour s’assurer que la qualité est là, ce qui pose également un problème de sécurité.

Jim Miller prévoit également une plus grande collaboration entre les constructeurs automobiles et les instances gouvernementales ou d'autres organismes de transport pour relier les véhicules à l'infrastructure de transport. C’est la communication véhicule-infrastructure. Par exemple, un véhicule peut communiquer avec différentes antennes placées sur un feu rouge pour contribuer à optimiser le trafic ou à aider les services d'urgence. Le futur de l’automobile ne se joue pas que dans les usines, mais dans ces capteurs situés aux carrefours de nos villes.

Dernière notation, au centre de tous ces processus se retrouvent la donnée et sa propriété. Des données bien analysées sont une mine d'or. Lorsque vous utilisez l'analytique, la bonne information peut être extraite pour prendre de meilleures décisions plus rapidement en avance sur la concurrence. Une organisation basée sur les données va, non seulement rationaliser les opérations de fabrication à travers le partage de données, mais aussi automatiser leur traitement non structuré de sorte que tous les problèmes imminents soient identifiés, qu’ils soient liés à la performance de l'usine ou à la satisfaction du client. Le futur de l’industrie automobile dépend du traitement de la donnée et de son volet protection des individus.

Partager cet article

Abonnez-vous à la newsletter CIO

Recevez notre newsletter tous les lundis et jeudis

UTILISATION DES COOKIES

En poursuivant votre navigation sur ce site,
vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.

Pour en savoir plus, consultez notre politique relative à la vie privée.

La question du moment
Avez-vous la certitude de connaître tous les traitements de données personnelles dans votre entreprise ?