Business

« Les entreprises devraient s'entraider pour lutter contre la cybercriminalité »

« Les entreprises devraient s'entraider pour lutter contre la cybercriminalité »

Le sénateur Jean-Marie Bockel s'est exprimé au P'tites Riams à Paris le jeudi 18 octobre 2012. Il y a plaidé pour un renforcement de la politique de cybersécurité.

« L'ANSSI [Agence Nationale pour la Sécurité des Systèmes d'Information] est insuffisante tant en termes de moyens que de prérogatives » a plaidé le sénateur Jean-Marie Bockel lors des Petites Rencontres de l'Identité, de l'Audit et du Management de la Sécurité (P'tites RIAMS), le jeudi 18 octobre 2012 à L'Elysées Biarritz, Paris. Organisées par le cabinet Atheos et animées par Nicolas Arpagian, rédacteur en chef du magazine Prospective Stratégique, ces rencontres ont été l'occasion d'une longue intervention de l'auteur du rapport parlementaire sur la cybersécurité sous forme d'un dialogue avec les RSSI et consultants présents dans la salle.

Plus de moyens, une nécessité

Admettant que la cyberdéfense est certes un enjeu mondial, le sénateur a appelé à en faire une priorité nationale. Accroître les prérogatives de l'ANSSI devrait ainsi permettre à cette administration d'intervenir plus aisément et complètement, notamment dans les entreprises privées constituant des intérêts vitaux pour la Nation. Cet accroissement de compétences passerait nécessairement par un accroissement de moyens, chose délicate à négocier dans cette période de rigueur budgétaire.
Jean-Marie Bockel s'est offusqué : « la cybersécurité, c'est 31 euros/habitant.an aux Etats-Unis, 3 au Royaume Uni et 1,2 en France ». Rebondissant sur la guerre faite par l'ANSSI contre le BYOD (Buy your own device), le sénateur a tranché : « c'est insuffisant ». Mais il s'est réjoui que, malgré les tensions budgétaires, la progression des moyens était en cours de négociation. Le sénateur estime cependant nécessaire la prise de parole du « patron », c'est à dire du Président de la République, sur le sujet de la cyberdéfense. Seule une telle prise de parole peut, selon lui, donner l'impulsion nécessaire au sujet. David Cameron (premier ministre britannique) et Barack Obama (président des Etats-Unis) auraient ainsi pris la parole sur le sujet.

S'entraider plutôt que mourir chacun seul

Mais, face à une pénurie de moyens qui ne frappe pas seulement le secteur public, le réalisme peut être dans la mutualisation et l'entraide, y compris entre sociétés concurrentes. « Les entreprises devraient s'entraider pour lutter contre la cybercriminalité, dans le cadre de leurs véritables intérêts bien compris » a jugé le sénateur.
Jean-Marie Bockel a dû revenir sur le sujet des routeurs chinois qui ne cesse de le poursuivre depuis la publication de son rapport. Un RSSI du secteur public a ainsi interpellé le parlementaire en requérant une modification du Code des Marchés Publics qui, seule selon lui, permettrait d'écarter des routeurs chinois (Huawei, ZTE) ou américains (Cisco) lors d'un appel d'offres.
Selon le sénateur, au contraire, (...)

Selon le sénateur, au contraire, il suffit d'exiger une labellisation de sécurité des outils proposés dans les réponses aux appels d'offres. « La qualité de nos relations avec nos amis chinois n'empêche pas de taper du poing sur la table lorsque c'est nécessaire » a martelé le sénateur.
Pour lui, l'Europe a besoin d'un « Airbus des réseaux » face aux leaders mondiaux actuels. Comme dans l'aviation où les acteurs européens étaient en voie d'élimination, un tel consortium européen pourrait être la voie de la survie et de l'expansion.

Partager cet article

Commentaire

Avatar
Envoyer
Ecrire un commentaire...

INFORMATION

Vous devez être connecté à votre compte CIO pour poster un commentaire.

Cliquez ici pour vous connecter
Pas encore inscrit ? s'inscrire

    Abonnez-vous à la newsletter CIO

    Recevez notre newsletter tous les lundis et jeudis

    UTILISATION DES COOKIES

    En poursuivant votre navigation sur ce site,
    vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.

    Pour en savoir plus, consultez notre politique relative à la vie privée.

    La question du moment
    Faites-vous évoluer votre socle Legacy ?