Viadeo
.
paroles de DSI

Mathias Herberts

Ingénieur disruptif au Crédit Mutuel Arkea

par Jean-Pierre Blettner et Bertrand Lemaire


« Avant, nous collections, analysions et jetions les données car nous considérions qu'elles n'avaient plus de valeur une fois analysées ; maintenant, nous les conservons » indique Mathias Herberts, Ingénieur disruptif au Crédit Mutuel Arkea


(22/10/2012) - Le Crédit Mutuel Arkea a mis en place, depuis 2009, du Big Data avec la technologie Hadoop. L'apport essentiel de cette technologie est la capacité à traiter d'immenses volumes de données. Le Crédit Mutuel en a donc profité pour, désormais, conserver des historiques importants pour ses analyses.
Le Big Data suppose non seulement des volumes mais aussi de la vélocité et de la variété, selon la règle des 3V. Le Crédit Mutuel traite donc des données structurées ou non de diverses origines et à des fins également très différentes les unes des autres. Parmi les données analysées, il y a donc les historiques de comptes, des collectes issues des opération de veille sur Internet, des mesures techniques sur les infrastructures (500 Go à 1 To de mesures par jour, soit 2 millions de métriques à la minute), etc.
L'approche Big Data permet d'opérer des traitements inédits mais aussi d'accélérer considérablement les traitements existants. Par exemple, l'application de lutte anti-blanchiment (TracFin) traite 6 mois d'historique en moins de 20 secondes.

L'interview en vidéo

Les études CIO/LMI





CONNEXION AU CIO PDF
E-MAIL :
MOT DE 
PASSE : 
   Mot de passe oublié ?



SONDAGE
Quel est votre cauchemar des vacances d'été et de votre retour ?