Advertisement







 Viadeo
.
Contributions

Paroles d'experts

Jean-Philippe Sloves

Web 2.0 : Des enjeux plus humains que technologiques


Jean-Philippe Sloves - Directeur de la Communication de IT-CE, Groupe BPCE


(15/04/2013)

A l'heure du déploiement des outils du web 2.0 dans les entreprises, les premiers retours d'expériences démontrent que les enjeux portent davantage sur l'humain que sur les technologies. Au-delà de leur valeur d'usage, les outils du web 2.0 suscitent de profondes conséquences sur le fonctionnement et la culture de l'entreprise.

Les jeunes qui débutent en entreprise les réclament. Les quadras s'y mettent, partagés entre résignation et scepticisme. Les quinquas les regardent d'un air interdit. Portail Intranet ou internet entièrement personnalisable, réseau social d'entreprise, Wiki ... mais aussi Facebook et Tweeter, ... vont bientôt outiller un quotidien professionnel résolument tourné vers le mode collaboratif et instantané. Mais alors que ces outils envahissent inexorablement les ordinateurs, tablettes et mobiles, les utilisateurs qui ne sont pas nés avec, se retrouvent fort démunis lorsqu'ils sont invités à devenir les acteurs de la communication de leur entreprise ... De fait, l'enjeu du déploiement de ces outils n'est plus technologique mais humain.

Des outils qui redonnent responsabilité et autonomie

De nombreux groupes se sont déjà lancés : Saint-Gobain, Dassault Systèmes, EADS, Alcatel Lucent, ERDF, Sanofi Aventis ou encore La Poste, Orange et Bouygues Télécom ... 67% des grandes entreprises permettent à leurs collaborateurs d'accéder à Facebook, 72% à Twitter et 95% aux réseaux sociaux professionnels Viadeo et LinkedIn.
Les outils 2.0 offrent l'opportunité, pour chacun dans l'entreprise, d'occuper un champ nouveau d'autonomie et de responsabilités. En partageant son savoir dans un Wiki, en affichant ses compétences et ses expériences sur le réseau social d'entreprise, en proposant des idées d'innovation ou des avis sur les forums internes, en prenant contact rapidement et sans barrière hiérarchique avec l'expert dont il a besoin, le salarié densifie son action, démultiplie ses moyens, étend sa zone d'influence et donne du relief à son image.
Comment devenir acteur de la communication 2.0 de son entreprise quand on a été habitué depuis toujours à recevoir passivement de l'information ? Comment ne pas être paralysé quand on sait que toute information publiée dans l'entreprise fait l'objet d'un long circuit de validation allant jusqu'à passer par le bureau du Président. Comment inviter les salariés à prendre la parole, à échanger sur des thèmes, à s'exposer aux regards du reste de l'entreprise ?
L'enjeu du web 2.0 n'est pas technologique mais humain. Il invite en effet à une évolution culturelle dans les processus et les relations humaines au sein des entreprises et des organisations. A l'instar des bouleversements sociétaux générés par les réseaux sociaux FaceBook et Tweeter, les outils du Web 2.0 vont inéluctablement provoquer des changements profonds dans les modes de fonctionnement des entreprises.
Les Directions Systèmes d'Information, Ressources Humaines, Communication, Organisation et Méthodes sont en première ligne. Elles permettent l'appropriation progressive et durable de ces nouveaux outils par les salariés, en s'appuyant sur les plus motivés et les plus impliqués et en ne laissant personne au bord du chemin.
Les dirigeants doivent être moteurs et exemplaires, afin de faciliter la mise en oeuvre et garantir ainsi l'obtention des gains de productivité générés par les outils du Web 2.0 (efficacité, rapidité, transversalité, innovations, fluidité dans les relations humaines...). Un dirigeant d'un grand groupe informatique français n'a-t-il pas prédit récemment la fin des emails au profit des communications via le réseau social d'entreprise qu'il avait déployé !
Les managers apprennent, quant-à-eux, à faire confiance et à être bienveillants. Ils sont invités à agir davantage en mode animateur et conseil qu'en mode directif et contrôleur.
Les salariés vont découvrir et constater la puissance collective des contributions individuelles. Comme le dit l'éthologue Karl Von Frish : «La fourmi est un animal intelligent collectivement et stupide individuellement, l'homme c'est l'inverse ! ». L'enjeu n'est pas de ressembler aux fourmis pour assurer l'avenir d'une entreprise. Il s'agit plutôt de développer l'intelligence collective tout en conservant, voire en affermissant, l'intelligence individuelle. Les experts, par exemple, vont être ainsi mieux identifiés, mieux impliqués et animer au sein d'une communauté, hautement valorisée.

La fameuse pyramide inversée devient une réalité...

Page suivante (2/3) >


EVENEMENT PARTENAIRE


Les études CIO/LMI





CONNEXION AU CIO PDF
E-MAIL :
MOT DE 
PASSE : 
   Mot de passe oublié ?



SONDAGE
Votre DSI se sent-il concerné par la relation avec le client final de l'entreprise ?