Projets

Mondadori France accroît la performance de ses services en ligne en les migrant dans le cloud

Mondadori France accroît la performance de ses services en ligne en les migrant dans le cloud
Nicolas Faye, responsable d’infrastructure de Mondadori France, a choisi de migrer les sites web du groupe de presse vers Amazon Web Service.

Le groupe de presse Mondadori France a choisi d'héberger ses services en ligne chez Amazon Web Service avec l'aide de Claranet (Morea).

Forts d'une audience globale d'une dizaine de millions de visiteurs par mois, les présences en ligne des titres de presse du groupe Mondadori France devait accroître leurs performances. Le volume des contenus avait dépassé le téra-octet et était destiné à toujours s'accroître. « Nous atteignions les limites de notre système » se souvient Nicolas Faye, responsable d'infrastructure de Mondadori France. Le développement de contenus spécifiques pour la présence en ligne a permis de considérablement augmenter l'audience : Grazia a ainsi triplé son audience entre avril 2015 et avril 2016. Il était donc urgent, en 2015, de faire évoluer l'infrastructure.
Jusqu'à ce moment là, toute la présence en ligne était hébergée dans un datacenter propre. Deux collaborateurs étaient dédié à la gestion quotidienne de ce datacenter. Régulièrement, il était nécessaire d'investir dans du nouveau matériel mais les limites de capacités du datacenter étaient atteintes, provoquant des interruptions de service tout à fait dommageables à la qualité de l'expérience des lecteurs et à l'image du groupe. En 2015, décision est donc prise d'engager une migration vers une nouvelle architecture afin de gagner en fiabilité et évolutivité ainsi que d'éviter d'investir dans du matériel.

Une bascule vers le cloud comme solution

La bascule vers le cloud s'est donc rapidement imposée. Il restait à choisir le fournisseur. Deux ont été testés. Les tests opérés sur le premier ont été des échecs (pertes de données, instances peu stables...). Mais le départ du datacenter étant à date imposée, il était nécessaire de basculer rapidement vers la nouvelle architecture. C'est donc Amazon Web service qui a été choisi avec l'aide de l'intégrateur Morea, spécialiste de l'infogérance de cloud public, depuis racheté par Claranet.
La migration des 28 sites a été opérée en moins de deux mois. Aujourd'hui, Mondadori France utilise des instances Amazon Elastic Compute Cloud (Amazon EC2) dans un espace privatisé Amazon Virtual Private Cloud (Amazon VPC) et ajuste les capacités grâce à Amazon Auto Scaling. L'équilibrage de charge applicatif est réalisé avec Amazon Elastic Load Balancing (Amazon ELB) et les bases de données sont gérées dans le service Amazon Relational Database Service (Amazon RDS). Les données sont stockées dans Amazon Simple Storage Service (Amazon S3) et sauvegardées dans Amazon Elastic Block Store (Amazon EBS) avec réplication automatique.

Des capacités et des performances fortement accrues

Sans que la croissance soit achevée, notamment à cause du développement des contenus propres à la présence en ligne, Mondadori France gère aujourd'hui 5 To de données. L'avantage du cloud réside notamment dans le fait que les infrastructures peuvent évoluer à la demande sans nécessité d'investir dans du nouveau matériel. Nicolas Faye se réjouit aussi pour les performances affichées : « une fois migrés chez AWS, nos sites web ont affiché un temps de réponse réduit de 30 à 40% ».
Cette flexibilité est aussi appliquée aux instances répliquées qui peuvent s'adapter en fonction de l'évolution des audiences qui connaît pics et creux au fil de la journée. En moyenne, deux instances simultanées sont allumées la nuit par titre contre cinq en journée avec, parfois, des pics jusqu'à quinze instances simultanées. « Le nombre d'instances EC2 s'augmente en un clic et les évolutions de trafic n'impactent jamais la qualité des services en ligne » souligne Nicolas Faye. Selon lui, le coût associé à l'infrastructure a été divisé par deux.

Partager cet article

Commentaire

Avatar
Envoyer
Ecrire un commentaire...

INFORMATION

Vous devez être connecté à votre compte CIO pour poster un commentaire.

Cliquez ici pour vous connecter
Pas encore inscrit ? s'inscrire

    Abonnez-vous à la newsletter CIO

    Recevez notre newsletter tous les lundis et jeudis

    UTILISATION DES COOKIES

    En poursuivant votre navigation sur ce site,
    vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.

    Pour en savoir plus, consultez notre politique relative à la vie privée.

    La question du moment
    Les métiers peuvent-ils disposer des rapports décisionnels en croisant toutes les données disponibles ?