La parole aux métiers

Les DAF moins confiants dans la performance de leur entreprises en raison d'un manque de transparence

Les DAF moins confiants dans la performance de leur entreprises en raison d'un manque de transparence

L'étude "The Cost of Control" a dévoilé que la confiance du DAF dans la performance de l'entreprise dépend étroitement de sa visibilité dans les flux de trésorerie. Cette année, plus confiants, la moitié d'entre eux estime que l'amélioration de la rentabilité passera par un accroissement des achats, dont ils tendent de plus en plus à en automatiser le processus.

L'étude « The Cost of Control », menée par le bureau d'études indépendant Loudhouse durant les mois d'avril et de mai 2010 sur des directeurs ou responsables financiers d'entreprises employant entre 1 000 et 50 000 personnes, soulève le fait que la confiance dans l'efficacité du département ou de l'entreprise dépend étroitement de la visibilité qu'a le dirigeant sur les flux de trésorerie. Et si la moitié des responsables financiers déclarent avoir un haut niveau de confiance dans la performance de leur département, seuls 45% estiment avoir une bonne visibilité de la trésorerie au sein de leur entreprise.

Dans un contexte de crise et sachant que seuls 19% des responsables financiers semblent avoir confiance dans l'économie régionale, 59% des DAF ont annoncé que la réduction des dépenses brutes est leur première priorité pour les 12 mois à venir, contre 64% en 2009. Cette année, les directeurs financiers ont cité des objectifs beaucoup plus stratégiques telle que l'amélioration des marges bénéficiaires (58% contre 39% en 2009) et l'augmentation des performances haut de gamme (51% contre 37% en 2009).
Pour 48% d'entre eux, l'amélioration de la rentabilité en 2010 passera par croissance de la production et donc par une augmentation des achats. En 2009, ils n'étaient que 29% à partager cet avis. Face à eux, 39 % des interviewés ayant eu un politique plus vigilante, considèrent les achats comme une exposition financière à risque.

Pour réduire les coûts, 72% des entreprises interrogées déclarent avoir automatisé des processus P2P depuis l'appel d'offres jusqu'à l'approbation de la facture, ou envisagent de le faire au cours des 12 prochains mois. En outre, 65% des sociétés prévoient d'automatiser davantage leurs achats.

Commentant ces résultats, le Docteur Markus Maedler, professeur en Accounting & Control à l'IESE Business School de Barcelone a déclaré : « les directeurs financiers s'inquiètent de ne pas obtenir les informations cruciales permettant d'identifier les zones où résident profits et risques. Une gestion des coûts effective, l'amélioration de l'efficacité, la collaboration inter-départements et par-dessus tout, les profits et les risques de l'entreprise dépendent tous de l'ancrage d'une bonne information financière. »

Crédits photo : D.R.

Partager cet article

Commentaire

Avatar
Envoyer
Ecrire un commentaire...

INFORMATION

Vous devez être connecté à votre compte CIO pour poster un commentaire.

Cliquez ici pour vous connecter
Pas encore inscrit ? s'inscrire

    Abonnez-vous à la newsletter CIO

    Recevez notre newsletter tous les lundis et jeudis

    UTILISATION DES COOKIES

    En poursuivant votre navigation sur ce site,
    vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.

    Pour en savoir plus, consultez notre politique relative à la vie privée.

    La question du moment
    Disposez-vous d’une gestion des données de référence (Master Data Management) pour vos données clés (identité client, identité collaborateur, produits…) ?