Management

Le DSI doit bien disposer de compétences non-techniques

Le DSI doit bien disposer de compétences non-techniques
Les compétences de savoir-être sont en deuxième position derrière les compétences techniques.

Une étude du cabinet Robert Half met en avant les « soft skills » en deuxième position des compétences attendues chez les DSI.

Le DSI n'est pas qu'un technicien ? Certes, c'est (normalement) un acquis. Mais pour être un « partenaire stratégique », le DSI doit avoir les compétences associées. Selon une récente étude du cabinet Robert Half, les « soft skills » (compétences de savoir-être) sont indispensables et en deuxième position pour une courte majorité de DSI (53%). Les compétences techniques restent évidemment en première position pour 58 % des répondants à l'enquête. Les compétences de type « business et commerciales » sont elles en troisième position (47 % des répondants).

Au sein des « soft skills », les compétences attendues se classent nettement. Ainsi, la capacité d'analyse est en tête avec 64 % des répondants la jugeant importante, suivie de la vision stratégique (51%) et de l'adaptabilité / flexibilité (42%), la communication (34%), le leadership (33%) et les aptitudes à influencer le management (33%). Selon Robert Half, le positionnement du DSI dans l'organigramme doit être orientée vers la contribution à la valeur globale de l'entreprise et certainement pas sur les compétences techniques ou fonctionnelles.

Partager cet article

Commentaire

Avatar
Envoyer
Ecrire un commentaire...

INFORMATION

Vous devez être connecté à votre compte CIO pour poster un commentaire.

Cliquez ici pour vous connecter
Pas encore inscrit ? s'inscrire

    Abonnez-vous à la newsletter CIO

    Recevez notre newsletter tous les lundis et jeudis

    UTILISATION DES COOKIES

    En poursuivant votre navigation sur ce site,
    vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.

    Pour en savoir plus, consultez notre politique relative à la vie privée.

    La question du moment
    Etes-vous en mesure d’appliquer GDPR dans votre organisation ?