Projets

Le Crédit Agricole cultive la co-innovation avec les entrepreneurs locaux et ses clients

Le Crédit Agricole cultive la co-innovation avec les entrepreneurs locaux et ses clients

La fédération de banques mutualistes a mis en place un portail de co-innovation avec ses clients pour faire développer des applications par des partenaires locaux.

Le Crédit Agricole a lancé un magasin d'applications bancaires pour différentes plates-formes mobiles (Androïd, iOS, Windows...). L'originalité de la démarche réside à plusieurs niveaux : la co-innovation avec les clients de la fédération bancaire, la relation avec les développeurs d'applications et le modèle économique choisi.

Les clients du Crédit Agricole, pour commencer, sont invités à déposer des idées d'applications utilisables sur leurs terminaux mobiles et traitant leurs données bancaires. L'idée est clairement de profiter des bonnes idées des 21 millions de clients, premiers concernés. Les utilisateurs du magasin d'application, ensuite, sont appelés à commenter et à noter les idées. Il est donc possible de voir les idées les plus pertinentes pour couvrir des besoins largement ressentis dans la population des clients.

Les développeurs d'applications intéressés par la démarche doivent, pour leur part, adhérer à une coopérative dédiée et créée à l'initiative du Crédit Agricole, Les Digiculteurs. Dès lors, ils ont accès au kit de développement logiciel permettant d'exploiter le système d'information des caisses du Crédit Agricole. Ils ont également accès aux souhaits des clients du Crédit Agricole exprimés sur le magasin d'application. Dès lors, libre à eux de développer ou non telle ou telle application, notamment en fonction de la popularité de la demande.
En principe, le créateur d'application qui se déclare intéressé par un développement bénéficie d'une priorité. Aucune application concurrente ne sera alors en principe mise en ligne sur le magasin d'applications.

Le modèle économique est celui de l'abonnement. Chaque application est téléchargeable gratuitement sur le magasin en ligne. Mais cette application fonctionne alors en mode de démonstration afin que le téléchargeur puisse vérifier sa pertinence. Les utilisateurs payent un abonnement non pas pour le téléchargement lui-même mais pour autoriser un certain nombre d'applications à utiliser leurs données bancaires personnelles : 0,79 euros/mois pour 10 applications, 1,99 euros/mois pour un nombre illimité.
Le montant de l'abonnement sert à rémunérer les créateurs des applications effectivement utilisées, là aussi sur un modèle de montant au mois. L'objectif est donc de rémunérer les créateurs à l'usage effectif de leurs applications sur la durée. Les créateurs sont donc ainsi incités à maintenir et mettre à jour leurs applications.

Partager cet article

Commentaire

Avatar
Envoyer
Ecrire un commentaire...

INFORMATION

Vous devez être connecté à votre compte CIO pour poster un commentaire.

Cliquez ici pour vous connecter
Pas encore inscrit ? s'inscrire

    Abonnez-vous à la newsletter CIO

    Recevez notre newsletter tous les lundis et jeudis

    UTILISATION DES COOKIES

    En poursuivant votre navigation sur ce site,
    vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.

    Pour en savoir plus, consultez notre politique relative à la vie privée.

    La question du moment
    La question du travail ubiquitaire est-elle un sujet lors des négociations paritaires ou lors des réunions des instances représentatives du personnel ?