Viadeo
.
toute l'actualité "Gouvernance"
neswletterenvoyer contactimprimerrss


La Société Générale met du PEPS dans sa co-innovation pour inventer la banque numérique


Edition du 09/07/2013 - par Bertrand Lemaire
La Société Générale met du PEPS dans sa co-innovation pour inventer la banque numérique


Le Projet Expérimental Participatif et Stimulant (PEPS) a permis de mobiliser les collaborateurs de la Société Générale à travers le monde. Plus de 1000 idées sont ainsi nées sur le réseau social d'entreprise pour définir la banque numérique de demain.



Un outil 2.0 pour créer la banque 2.0

« Nous avons voulu utiliser les outils du 2.0 pour casser les silos et parler de la banque 2.0 » a admis Françoise Mercadal-Delasalles. Car l'un des enjeux majeurs du PEPS était précisément de casser les silos traditionnels, par service ou filiale, au sein du groupe Société Générale. Il fallait que tout le monde parle à tout le monde, sans notion de pays, de hiérarchie ou de métier. La principale difficulté a d'ailleurs été précisément de briser la peur de s'exprimer sans validation hiérarchique.

Les collaborateurs de la Société Générale étaient, avant l'opération, largement présents sur les réseaux sociaux externes. La discussion sur la transition numérique a donc commencé informellement dans un groupe sur Linkedin. Celui-ci commençant à devenir très actif, il a été décidé de réinternaliser le débat et de lancer PEPS.

Ce projet a permis de dynamiser le Réseau Social d'Entreprise (RSE), SG Communities. Pour Caroline Guillaumin, « pour faire vivre un RSE, il faut l'évènementialiser ». Le défi est donc, désormais, de relancer la machine régulièrement avec d'autres débats.

Commencé avec une tolérance amusée, l'initiative PEPS a su séduire le Comité Exécutif quand le nombre de participants a explosé. Faire arriver au Comité Exécutif des sujets comme le numérique n'était pourtant pas gagné d'avance. « Des gens qui ne se parlaient jamais se sont soudain mis à parler ensemble » s'est réjoui Caroline Guillaumin.

Mais cela n'est pas sans perturber. Françoise Mercadal-Delasalles a ainsi admis : « quand 10 000 personnes se mettent à avoir des idées sur ce qui constitue le coeur de votre travail et de votre expertise, oui, cela perturbe ». Les idées ont porté sur l'utilisation du smartphone, le coffre-fort électronique pour les clients, la banque post-trading, un gadget baptisé « SG World » qui serait une application pour smartphones permettant de recevoir spontanément les informations financières adéquate à l'endroit où l'on se situe, le travail à distance, le SSO, un wiki pour les collaborateurs...

Un soutien au plus haut niveau

Il n'existe à ce jour aucun calendrier de déploiement ou de développement. La synthèse de PEPS va d'abord être présentée au Comité Exécutif puis les idées vont être présentées aux différentes directions métier. Les décisions réelles viendront après.

Pour Frédéric Oudéa, « PEPS montre que de grandes entreprises peuvent avancer aussi vite et de manière autant réactive que de plus petites, et cela grâce aux outils numériques. » Pour cela, la fonction IT cesse progressivement d'être, au sein de la Société Générale, un département séparé pour que IT et métier s'intègrent mutuellement. La transition numérique va irradier l'entreprise en mettant en réseau ses différentes cellules. Il n'est notamment pas question de créer une nouvelle structure comme une Direction du Numérique.

Frédéric Oudéa a conclu son intervention en revendiquant une position réellement en rupture avec la culture d'entreprise française : « il n'y aura jamais de grand soir du numérique. Il faut une démarche incrémentale, des initiatives expérimentales locales, sans craindre de mettre en place un projet qui se révélera ne pas marcher ».

< Page précédente (1/2)



Michel Serres : la transition numérique est une répartition

A 83 ans, le philosophe académicien Michel Serres ne s'applique pas à lui-même la maxime du physicien Max Planck qu'il aime pourtant citer : « ce ne sont pas les expériences rigoureuses et les équations justes qui font avancer la science mais quand la génération précédente prend sa retraite ».

Lors de la présentation de PEPS, Michel Serres est intervenu pour montrer ce qui change dans la société à cause du (ou grâce au) numérique. En particulier, la concentration laisse la place à la dispersion, la répartition : livres (bibliothèques remplacées par de multiples copies numériques), marchandises (multiples sites e-commerce au lieu des hyper-marchés), savoirs (études en ligne à domicile au lieu d'universités), pouvoirs (écrasement des hiérarchies, ultra-démocratie directe)...


AGENDA
Saint-Quentin - Aisne : Robonumérique
Du mardi 25 novembre 2014 au mardi 25 novembre 2014
Palais de Fervaques, Saint-Quentin dans l'Aisne


EVENEMENT PARTENAIRE


Les études CIO/LMI





CONNEXION AU CIO PDF
E-MAIL :
MOT DE 
PASSE : 
   Mot de passe oublié ?



SONDAGE
Votre DSI se sent-il concerné par la relation avec le client final de l'entreprise ?