Stratégie

L'incompréhension entre les informaticiens et les métiers pénalise l'Etat

L'incompréhension entre les informaticiens et les métiers pénalise l'Etat

L'incompréhension entre les directeurs de programme et les métiers handicape l'informatique de l'Etat. C'est ce que constate Pascale Dugos, inspectrice des finances. Elle propose un ensemble de recommandations afin de réussir les grands programmes à la lumière de ce qui se passe à l'étranger.

CIO : Quand l'Inspection Générale des Finances (IGF) intervient-elle ?

Pascale Dugos : L'Inspection générale travaille sur la commande du pouvoir exécutif. C'est-à-dire des différents ministères, de Matignon ou de l'Elysée. Les interventions de l'Inspection ont de plus en plus une vocation interministérielle. Les missions durent en général trois ou quatre mois. Elles sont lancées par une lettre de mission émanant du ministre concerné et sont conduites par une « brigade » d'inspecteurs des finances comprenant un chef de mission et des « brigadiers ».

CIO : Comment travaille alors l'IGF ?

Pascale Dugos : Les audits des pratiques publiques sont réalisés avec une exigence de rigueur dans le diagnostic et un vrai souci de se comparer avec le secteur privé ou bien les administrations d'autres pays. Ce souci permanent du diagnostic objectif et ce benchmarking plus systématisé permettent de construire
des recommandations opérationnelles en ligne avec les réalités du terrain. Dans le domaine des systèmes d'information, on peut d'ailleurs affirmer que le secteur public français n'a pas à rougir vis-à-vis du secteur privé. Par exemple, même si tout n'est pas parfait, le programme Copernic de refonte du système d'information fiscal constitue une belle réalisation avec des traductions concrètes pour le citoyen et les agents de l'administration fiscale.

CIO : Comment avez-vous été amenée à travailler sur le pilotage des projets de systèmes d'information dans le secteur public ?

Pascale Dugos : Le rapport sur « Le pilotage et l'audit des grands programmes informatiques de l'Etat » a été commandé au troisième trimestre 2011 à l'Inspection Générale des Finances. L'IGF a collaboré avec le Conseil Général de l'Economie, de l'Industrie et des Technologies (CGIET). La mission a duré six mois avec une étude dans cinq pays: Grande-Bretagne, Allemagne, Pays-Bas, Etats-Unis et Canada, Québec plus précisément. Après un délai normal de validation, ce rapport a été rendu public.

CIO : Quel était l'objectif de cet audit?

Pascale Dugos : La lettre de mission était ambitieuse. Il s'agissait de (...)

Lire la suite dans CIO.PDF 57

Partager cet article

Commentaire

Avatar
Envoyer
Ecrire un commentaire...

INFORMATION

Vous devez être connecté à votre compte CIO pour poster un commentaire.

Cliquez ici pour vous connecter
Pas encore inscrit ? s'inscrire

    Abonnez-vous à la newsletter CIO

    Recevez notre newsletter tous les lundis et jeudis

    UTILISATION DES COOKIES

    En poursuivant votre navigation sur ce site,
    vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.

    Pour en savoir plus, consultez notre politique relative à la vie privée.

    SELECT etqu_id FROM idg_cio.`etud_etude` JOIN idg_cio.etqu_etudeQuestion ON etqu_etud_id = etud_id LEFT JOIN idg_cio.etre_etudeReponse ON etqu_id = etre_etqu_id AND etre_ip = 911708992 WHERE `etud_dateFin` > '2015-03-29 11:21:01' AND `etud_dateDebut` < '2015-03-29 11:21:01' AND etqu_obligatoire = 1 AND etre_id IS NULL AND etqu_id != 0 ORDER BY RAND() LIMIT 1
    La question du moment
    Utilisez-vous des portails de type mashup pour faciliter les processus complexes impliquant plusieurs applications de back office ?