La parole aux métiers

Intelligence économique : deux entreprises, deux stratégies

Intelligence économique : deux entreprises, deux stratégies

Lors d'une conférence organisée par les Echos mercredi 19 mai à Paris, Total et Doublet SA ont précisé comment elles abordent les problématiques d'intelligence économique. Alors que Total mise sur une faible diffusion de l'information pour se protéger, à l'opposé Doublet SA opte pour une transparence totale.

Mercredi 19 mai les Echos ont organisé à Paris leur deuxième conférence annuelle sur le thème de l'intelligence économique. Au cours d'une table ronde, deux entreprises françaises, Total et Doublet SA ont exposé leur manière d'appréhender l'intelligence économique et de se prémunir contre les menaces extérieures. Il est intéressant de voir combien ces deux sociétés ont des pratiques différentes, tout en partageant un objectif commun, se protéger.
Autrefois spécialisée dans la fabrication artisanale de drapeaux, Doublet SA s'est aujourd'hui reconvertie dans l'évènementiel. Luc Doublet, Président de la société rappelle combien la technologie est une vecteur central de l'entreprise. Au sein de son entité, il a décidé d'adopter le principe de transparence. Il précise : « nous avons ouvert tous nos systèmes d'information, rien n'est caché ». Il ajoute que « pour trouver une information, il faut savoir où elle se trouve car elle est noyée dans la masse, sachant qu'il faut savoir l'interpréter. » Son objectif est avant tout de créer l'échange au sein de son entreprise, qui pour lui sont source d'innovation. « Chaque collaborateur a une vision sur l'entreprise. » En étant totalement transparent, « tout est tracé dans notre entreprise », précise Luc Doublet. Par ailleurs, cette politique leur permet d'être d'autant plus réactif. Luc Doublet donne à ce titre l'exemple d'une commande envoyée par un client un jeudi soir. Des personnes présentes dans les locaux ont intercepté le document et la commande a pu être livrée le vendredi soir comme convenu.
De son côté, Jean-Michel Salvadori, Directeur Intelligence Economique du groupe Total, annonce que « chez Total, la diffusion de l'information se fait plutôt sous format papier que par la voie électronique, et peu de destinataires sont généralement concernés. » Ainsi, contrairement à la société Doublet SA, le groupe est très prévoyant quant à la diffusion d'information en interne comme en externe. « Nous devons être en permanence dans une culture du doute », déclare Jean-Michel Salvadori. L'intelligence économique est prise en charge à deux niveaux, ...

Photo : (De gauche à droite) Marc Willeme, responsable dispositif IES au sein du groupe EADS Defense & Communications Systems, Philippe Trouchaud, Associé de PricewaterhouseCoopers, Jean-Michel Salvadori, Directeur Intelligence Economique du Groupe Total, Luc Doublet, Président de Doublet SA et Michel Mollard, Membre du directoire d'Euler Hermes

...le service stratégie et le service Intelligence Economique. Il y a deux ans, une cellule spécialisée composée d'une dizaine de professionnels a été créée, et a pour mission de délivrer des analyses et des informations à leur clientèle interne que sont les directeurs métiers. Jean-Michel Salvadori précise que « l'objectif de l'intelligence économique est d'anticiper et de détecter les menaces, d'aider les directions métiers à faire des choix, et de contribuer à la création d'un avantage concurrentiel. » Il ajoute que ce service traite avec les ONG, les prestataires ainsi que les médias pour obtenir des informations et réaliser des analyses.

Les entreprises ont donc chacune leur stratégie pour anticiper et éviter les attaques de la part de tiers. Olivier Buquen, délégué interministériel chargé de l'intelligence économique, précise que le plus fréquemment, les entreprises doivent faire face à plusieurs types d'offensives, les risques financiers capitalistiques, les intrusions consenties, les atteintes de savoir-faire et de l'image, les risques informatiques, ainsi que les vulnérabilités humaines. Mais les grandes entreprises ne sont pas les seules concernées, les PME sont également la cible de telles attaques, quelque soit leur secteur d'activité. Il insiste sur le fait que plus de la moitié de ces incidents sont commis sans infraction légale.

Alors que ces problématiques d'intelligence économique deviennent centrales pour les entreprises, le gouvernement a, à ce titre, fondé une délégation interministérielle chargée d'aider l'Etat à mettre en place des politiques relatives à l'intelligence économique. D'après Olivier Buquen, cette structure a pour objectif de déployer cinq actions prioritaires qui sont de renforcer la protection des informations stratégiques des entreprises, d'élaborer une grille d'évaluation du niveau de protection de l'information dans l'entreprise, de participer activement aux organismes d'Etat qui interagissent avec les entreprises, d'accompagner les instituts de recherche publique dans le lancement d'une dynamique d'intelligence économique et à terme, faire suivre à tous les étudiants un module d'intelligence économique pour acquérir des réflexes d'une veille structurée et de protection des informations.

Photo : (De gauche à droite) Marc Willeme, responsable dispositif IES au sein du groupe EADS Defense & Communications Systems, Philippe Trouchaud, Associé de PricewaterhouseCoopers, Jean-Michel Salvadori, Directeur Intelligence Economique du Groupe Total, Luc Doublet, Président de Doublet SA et Michel Mollard, Membre du directoire d'Euler Hermes

Partager cet article

Commentaire

Avatar
Envoyer
Ecrire un commentaire...

INFORMATION

Vous devez être connecté à votre compte CIO pour poster un commentaire.

Cliquez ici pour vous connecter
Pas encore inscrit ? s'inscrire

    Abonnez-vous à la newsletter CIO

    Recevez notre newsletter tous les lundis et jeudis

    UTILISATION DES COOKIES

    En poursuivant votre navigation sur ce site,
    vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.

    Pour en savoir plus, consultez notre politique relative à la vie privée.

    La question du moment
    Anticipez-vous l’obsolescence technologique et la dette technique de votre Legacy ?