Tribunes

Edito - Les DSI méritent-ils les CDO ?

Edito - Les DSI méritent-ils les CDO ?
Bertrand Lemaire est rédacteur en chef de CIO

Depuis des années, le DSI/CIO veut être un stratège, membre à part entière du Comité Exécutif. Mais y est-il prêt ?

De nombreuses entreprises ont ces derniers temps nommé des CDO (Chief Digital Officers). Les titres exacts varient un peu, le périmètre de la fonction aussi. Mais le CDO est toujours au Comité Exécutif. Et il doit mener la transformation numérique de son entreprise.
Mais le numérique ne devrait-il pas être l'apanage du DSI ? N'habille-t-on pas de ce joli nom de numérique l'informatique moderne ubiquitaire front office ? Le CDO ne vient-il pas ainsi empiéter sur les plates-bandes du DSI ? Certes. Mais le DSI ne l'a-t-il pas, dans de nombreux cas, bien cherché ? L'arrivée du CDO n'est-il pas son juste châtiment ?

Brancher des serveurs ou servir le client de l'entreprise ?

Bien entendu, beaucoup de DSI n'ont pas le problème. Simplement parce qu'ils ont anticipé et proposé une stratégie de transformation numérique. Ceux-là, en général, sont déjà au Comité Exécutif de leur entreprise. Le problème se pose plutôt pour les autres, ceux qui pensent que leur travail est de brancher des serveurs, au mieux de veiller à la bonne intégration des applications choisies anarchiquement par les métiers, y compris dans le SaaS. Au plus vont-ils fixer des règles d'architecture, garantir la sécurité du système d'information. Souvent ils seront « Monsieur Non » : pas d'accès BYOD au SI en mobilité, pas de SaaS (sauf en shadow IT), etc. Et ces DSI là sont nombreux. Trop nombreux.
Ceux-là ne comprennent pas pourquoi on vient leur parler d'expérience client, d'expérience utilisateur (donc de digital workplace, de BYOD, de travail ubiquitaire...), de performance économique de l'entreprise, de nouveaux modèles économiques... Eh bien quoi ? Tous ces sujets relèvent du marketing, de la GRH, du DAF,... du CDO ! Si le DSI ne s'empare pas des vrais sujets de son entreprise, un autre le fera à sa place. Et il restera dans sa cave à brancher des serveurs. Jusqu'à ce que les serveurs soient dans le cloud.

Un DSI stratège ne subit pas le châtiment du CDO

Un DSI stratège s'occupe non pas d'informatique mais de système d'information, méritant ainsi son titre. Ce faisant, il délivre aux métiers et aux utilisateurs (y compris aux clients finaux de son entreprise) non pas une prestation technique, éventuellement sur catalogue, mais une réponse à des besoins. Mieux : il anticipe l'évolution des besoins, il propose une évolution des besoins.
La transformation des modèles économiques est l'affaire du DSI stratège. L'enchantement de l'expérience client est l'affaire du DSI stratège. Le travail ubiquitaire est l'affaire du DSI stratège. Pas du DSI qui branche les serveurs.
En vous rasant le matin, regardez vous dans le miroir. Et demandez-vous si, aujourd'hui, vous allez vous poser la question du choix d'un serveur ou celle de la transformation numérique de votre entreprise. Vous saurez alors si vous êtes un DSI stratège ou si vous méritez le juste châtiment d'un CDO.

Partager cet article

Commentaire

Avatar
Envoyer
Ecrire un commentaire...

INFORMATION

Vous devez être connecté à votre compte CIO pour poster un commentaire.

Cliquez ici pour vous connecter
Pas encore inscrit ? s'inscrire

    Abonnez-vous à la newsletter CIO

    Recevez notre newsletter tous les lundis et jeudis

    UTILISATION DES COOKIES

    En poursuivant votre navigation sur ce site,
    vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.

    Pour en savoir plus, consultez notre politique relative à la vie privée.

    La question du moment
    La direction générale a-t-elle défini une stratégie autour du patrimoine de données et de sa valorisation ?